Yannick nous parle de Foiled Again

9 février 2018 | À l'étranger | By : Daniel Delisle

Le monde des courses est chanceux de pouvoir compter sur Yannick Gingras. Non seulement est-il l’un des meilleurs de sa profession en Amérique, mais il a en outre cet atout fantastique de pouvoir exprimer en mots ce qu’il ressent, ce qu’il vit et de nous le transmettre. Ce n’est pas si fréquent dans notre univers des courses attelées

 

Au cours des derniers jours, plusieurs sites internet ont retransmis les propos de Yannick sur l’éventuelle 100e victoire en carrière de Foiled Again et surtout sur ce qu’il pense de ce champion toutes catégories qu’est l’ambleur le plus riche de l’histoire, avec ses plus que 7.6M$ en bourses.

 

Un battant

 

Quand il s’agit de décrire ce champion que Yannick a eu l’occasion de conduire des dizaines de fois au cours des dernières années, Yannick se dit sans mots, ce qui est rare dans son cas : «  Ce cheval m’a aidé à atteindre un autre niveau comme conducteur. Il n’est ni le plus gros ni le plus rapide, mais je n’ai jamais conduit aucun autre cheval avec un tel désir de vaincre. Il gagne la plupart de ses courses à la dure. Je ne pense pas qu’il ait même connu un seul parcours, ‘ second over’. Sa façon à lui, c’est de s’élancer à l’extérieur et de gagner sa bataille pouce par pouce, en n’abandonnant jamais. Dans ces moments-là, il est incroyable. »

 

« C’est un brillant ! Il n’abuse jamais de lui-même à moins que ce soit nécessaire. Si tu le laisses flâner, il est bien capable de passer un quart de mille en 35 secondes ! Mais aux alentours  du poteau du cinq huitièmes ou du trois quarts, quand il entend ou voit que les choses se corsent, il prend le mors et se défonce. »

 

« Je pourrais aussi ajouter une autre chose à son sujet : la plupart des chevaux, après une mauvaise course,  semblent affectés. Pas lui. Rien ne le dérange, ce qui explique peut-être son incroyable durabilité. » Car rappelons-le, Foiled Again a eu 14 ans le 1er janvier dernier et il trouve encore le moyen de se signaler contre de très bonnes classes de chevaux.

La 100e est dans les cartons

 

L’industrie toute entière a les yeux fixés sur la prochaine victoire de Foiled Again, ce qui sera sa 100e en carrière. Jeudi, le 1er février, à Yonkers, avec Yannick aux commandes, le fils de Dragon Again est venu bien près de réaliser ce sommet, terminant 3e à une tête, dans un mille totalement typique de ses nombreuses victoires, le nez au vent, arrachant chaque pouce de terrain à la concurrence. Ce n’est que partie remise.

 

« Je souhaite de tout cœur être celui qui le conduira quand ce moment surviendra, de dire Yannick. J’ai dit à Ronnie ( Burke ) de l’inscrire quand je serai en mesure d’être sur place. » Avec Yannick, c’est toute l’industrie qui guette ce moment avec attention. Chacun veut être le témoin privilégié d’un pareil exploit.  De poursuivre Yannick : « Yonkers convient très bien au cheval. Ce n’est pas un problème pour lui de courir sur une piste d’un demi-mille. Il a un style qui cadre très bien avec cette piste. N’oubliez pas qu’il a gagné par deux fois le Levy, en 2009-2010 ! »

Pour nous, simples amateurs de courses, nous sommes aux aguets. Qui voudrait manquer ce rendez-vous avec l’histoire ? Pour les amateurs de statistiques, voici celles de ce véritable champion de durabilité et de courage : 306 départs ( 99-65-44 ) 7 609 257$, record de 1.48, pris à Pocono lorsqu’il avait 9 ans. Il a encore gagné près de 90 000$ en 2017, ce qui est assez phénoménal, merci !

 

Finalement, le prochain départ du vétéran ambleur aura lieu demain, samedi, 10 février, à Yonkers, dans la 9e course, sans Yannick ! Il y a tout lieu de penser qu’on devra attendre une prochaine fois.

Retour aux nouvelles