Pascal Bérubé parmi l’élite à Rideau

13 avril 2019 | Conducteurs | By : Daniel Delisle

Si vous suivez les activités de la piste de Rideau Carleton ce printemps, vous n’avez pas été sans noter tous les succès qu’y connaît le conducteur de Portneuf, Pascal Bérubé. Il se maintient parmi les meilleurs là-bas, non seulement côté victoires, mais aussi avec les dollars amassés. Une saison qui s’annonce prometteuse pour un homme qui ne l’a pas toujours eu facile au cours des dernières saisons.


Washington Hanover de l’écurie Binet-Brubé

François Morin

« Si je conduis à Rideau depuis l’automne dernier, je le dois essentiellement à une seule personne, le propriétaire François Morin, un ami et un collaborateur de longue date. Quand il m’a proposé d’aller conduire là-bas, j’étais loin de me douter de la tournure que ça prendrait. Je savais cependant une chose : c’est que les chevaux que lui et son entraîneur envoient en piste, sont compétitifs. Ils sont dans leur classe et rien n’est négligé dans leur préparation. Dans ces circonstances, je pouvais anticiper que les choses iraient plutôt bien. À ce point ? Pas vraiment ! »

« Dans ma carrière, avec une écurie qui a compté par moments jusqu’à trente chevaux, je n’ai jamais vraiment été un conducteur de relève. C’est une expérience plutôt nouvelle pour moi. D’habitude, je conduis des chevaux qu’Isabelle et moi préparons. C’est très spécial de me retrouver derrière des chevaux que je connais parfois peu, parfois pas du tout. Je les conduis en faisant mon gros possible, mais quand ça ne réussit pas, ce sont les entraîneurs qui doivent chercher les solutions dans les jours qui suivent. Quand c’est nos chevaux, c’est à nous de les trouver. Ce n’est vraiment pas pareil. »

« De temps à autre, j’ai des choix plus ou moins faciles à faire. Ma priorité demeure les chevaux de François ( Yves Tessier ), même si à l’occasion, dans une course donnée, je pourrais en conduire un meilleur. Je me dois de rester fidèle à ceux qui m’ont permis d’être là. Dans l’ensemble, ça n’arrive pas si souvent. »

1; Solid Performance; Berube Pascal; 1:57.1; 2018-10-07

La piste de 5/8

« C’est une piste sur laquelle, je me sens bien. On dirait que ça me donne plus de temps de réaction que sur un demi-mille. Les droits sont plus longs, on peut les exploiter davantage. Mais ne vous y trompez pas : Rideau est aussi un endroit très compétitif, particulièrement de ce temps-ci avec un seul programme par semaine. Les gars vont aux courses et ça peut jouer du coude de temps à autre. Mais au total, j’adore ce que je vis, malgré les quatre heures qui séparent Portneuf d’Ottawa. J’ai toujours voulu vivre à fond ma passion de conduire en courses, et la situation actuelle me le permet. Je reviens souvent à la maison vers les 3 heures du matin, mais au moins, mon employeur me donne congé le lundi ! »

L’écurie Binet-Bérubé

Samedi dernier, Isabelle, Pascal et leur groupe d’ami(e)s proprios étaient à H3R pour fins d’entraînement avec neuf de leurs protégés. Toute une logistique et beaucoup de collaboration des ami(e)s. Les neuf chevaux préparés cet hiver étaient en piste pour du travail sérieux sur une piste un peu boueuse. Attelés aux voitures d’entraînement, ils ont parcouru la distance en 2.12, les trois ans en 2.18, pour la satisfaction d’un chacun. Même que R Rkadabra a fait sa préparation au trot monté avec Anne-Marie Demers aux commandes. Si tout va comme prévu cette semaine, ces chevaux seront en piste pour une première qualification  officielle aussitôt que pourra se tenir la première séance de qualification officielle. Le couple veut absolument être prêt pour le 1er programme.

Statistiques officielle de Rideau au 8 avril

Pascal est 2e dans les catégories importantes

72 départs ( 18-8-12 ) 88 541$ UDRS .367

Très impressionnant. On ne peut que lui souhaiter qu’il puisse transposer ces chffres à H3R pour la saison qui vient.

Retour aux nouvelles