Le Prix d’Été 2018, quelques précisions

4 août 2018 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

À n’en pas douter, le Prix d’Été 2018, est l’événement phare d’H3R. C’est notre course la plus publicisée, celle aussi qui a la meilleure diffusion, celle surtout qui attribue la somme d’argent la plus importante de la saison, l’événement pris comme un événement unique. On s’entend pour dire qu’il y aura plus d’argent investi dans les finales des Coupes de l’Avenir et des Éleveurs, mais il s’agit en fait de huit courses, non d’une seule.

 

5e édition

 

Une fois surtout dans la saison, les regards d’un peu tous les amateurs en Amérique se tournent vers H3R. Les chevaux qui participent au Prix d’Été sont généralement parlant des chevaux connus du grand public. Ils ont fait leur propre renommée en gagnant des courses prestigieuses à 2 et 3 ans ou mieux encore, cette année dans des événements comme la série Graduate, réservée aux 4 ans et qui s’est promenée entre Toronto, Meadowlands et Tioga.

 

Qui dit chevaux connus, dit aussi souvent écurie célèbre. Ce n’est pas par hasard que les quatre premières éditions n’ont été gagnées que par les deux plus illustres écuries en Amérique, celle de Ron Burke et celle de Jimmy Takter. Chacune de ces deux écuries a gagné deux fois. Plusieurs autres écuries connues comme celles de Richard Moreau ou de René Allard ou de Ian Moore aspirent au même honneur.

 

Encore cette année, l’écurie Burke sera à redouter : elle compte dans ses rangs le plus riche boursier, Filibuster Hanover sans compter un cheval comme Eddard Hanover qui pourrait bien avoir son mot à dire. L’écurie Takter semble moins favorisée cette fois, elle qui se signalait en 2017 avec la victoire de Western Fame avec Trevor Henry aux guides. Elle ne compte qu’un seul inscrit à ce jour en Blood Line.

 Western Fame et Trevor Henry, gagnants du Prix dÉté 2017

Qui est venu, viendra

 

Une chose qu’on peut déduire des quatre premières éditions, c’est que les entraîneurs qui ont délégué des chevaux au Prix d’Été sont les plus susceptibles de revenir en 2018. Ainsi, dans la même veine, on peut penser que ceux qui n’y sont jamais venus, même s’ils ont payé les trois premiers paiements, ne viendront peut-être finalement pas.

 

C’est la raison pour laquelle, les entraîneurs sont invités à inscrire leur cheval, même si ce dernier occupe par exemple le 20e rang. Il n’est pas dit que les dix-neuf premiers le feront et donc, quelqu’un qui tient à participer, ne perd finalement rien en inscrivant son cheval même s’il ne figure pas dans les huit premiers. Les 3000$ de frais de départ lui  seront évidemment remboursés, s’il ne prend pas le départ.  C’est comme ça qu’au cours des dernières années, des chevaux plus locaux ont pu participer et récolter quelque argent, d’autant que depuis l’an dernier, chacun des chevaux qui termine 6e, 7e et 8e se voit octroyé 1000$.

Rockin Ron et Yannick Gingras, gagnants du Prix d’Été 2016

Pas de doute, la 5e édition sera encore très palpitante. On se souhaite comme l’an passé un peloton complet, de gros noms sur le sulky et une course âprement disputée. Un bon spectacle quoi.

 

En attendant, n’oubliez pas le prochain spectacle de courses présenté jeudi prochain le 9 août. Les inscriptions se prendront lundi le 6. Au menu, les quatre finales des Séries québécoises, la 2e tranche des éliminatoires pour la Coupe des Éleveurs au trot. Ce sera un programme plus qu’Intéressant !

Retour aux nouvelles