Les ingrédients du succès selon Jean Tourigny

3 mars 2018 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

La question peut sembler banale et les réponses encore plus, si vous demandez à un entraîneur donné quels sont les ingrédients de son succès. Il ou elle répondra invariablement la qualité des chevaux qu’il a sous la main, i.e. les lignées, la conformation, même la chance ! Jean Tourigny vous répondra ces choses peut-être mais il ajoutera avec encore plus de conviction, les propriétaires !

 

De vieilles alliances et des nouvelles

 

Le fait qu’un proprio donné reste associé à un entraîneur pendant de nombreuses années traduit habituellement son profond contentement et aussi le fait que ses chevaux se sont bien développés sous la férule d’un tel ou d’une telle. Dans ce cas-ci, Jean Tourigny compte sur une poignée de proprios qui lui sont hautement fidèles : les Claude Hamel et Céline Paquin, les Michel Damphousse, les Roland Trudel, les Brian Paquet, autant de noms auxquels Jean a été associé au cours des années. «  Tu rajouteras cette année le nom de Steve Garceau, un jeune homme d’affaires de la rive-sud de Trois-Rivières,  qui vient d’embarquer dans l’aventure en se portant acquéreur d’une part d’une pouliche. Une première pour lui. Il aime le risque : il sera servi à souhait avec les chevaux. Une belle acquisition pour l’industrie. Nous n’avons jamais trop de ces investisseurs ! »

Restless Hanover

 

Sept 2 ans, huit 3 ans

 

On ne chôme pas chez Tourigny ces semaines-ci. « Roland ( Trudel ) et moi, en plus de l’entraînement, on doit veiller à l’entretien de la piste. Si on veut être prêt à donner des milles à nos protégés, il faut que la piste soit adéquate. J’ai pour mission essentielle comme entraîneur d’amener les poulains à leur plein potentiel. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est vraiment ça le but. Nous sommes à la fin février, début mars, et je peux dire, comme d’autres, qu’à ce stade-ci de l’entraînement, nos poulains et nos pouliches sont rendus à terme, c’est-à-dire qu’ils sont dans leur calendrier de préparation et que je ne peux pas en dire encore grand-chose. Nous verrons quand l’entraînement sérieux débutera. »

La Balafre

« J’ai des trotteurs par EL Titan et plusieurs me demandent comment ils se comportent. Je dirais plutôt bien. Bonne tête, bonne allure, bonne conformation. On espère chaque année développer une nouvelle HP Sissy, mais ce n’est pas toujours possible. Dans le monde des jeunes chevaux, il faut être patient. Et j’en ai un dans le lot de mes proprios, qui l’est particulièrement et ça lui porte chance. Vous aurez sûrement reconnu Roland Trudel ! »

 

«  Je prépare aussi pour un retour à l’action, HP Run Like Mom, une pouliche qui allait fort bien l’an passé mais dont la fin de saison a été décevante. Si elle avait été à son mieux, lors de la Coupe des Éleveurs, elle aurait eu de grandes chances de s’illustrer. Heureusement, tout n’est pas terminé, puisque je l’entraîne actuellement en vue de la série québécoise. Et ça se passe bien. J’ai même la chance de préparer sa demi-sœur, une pouliche issue de Canaco Runner comme elle, mais cette fois par EL Titan. Elle n’est pas très grosse, mais elle va bien. »

HP Run Like Mom

 

«  Comme d’autres entraîneurs de poulains au Québec ( et la confrérie est de moins en moins nombreuse ), j’ai un rôle à jouer dans le développement de ces jeunes chevaux. C’est parfois un peu décevant de les voir partir pour Toronto ou New-York parce qu’on les a aidés à atteindre leur plein développement, mais en même temps, je peux comprendre les proprios qui tentent par tous les moyens possibles de justifier leurs investissements. Je ne sais pas ce que Claude et Céline décideront pour la suite des choses avec HP Sissy, mais si j’étais à leur place et que la jument aille bien et peut courir chaque semaine pour 40 000$, la décision serait facile à prendre ! »

 

En conclusion

 

Ainsi va Jean Tourigny ces semaines-ci. Le moins que l’on puisse dire de cet homme calme et réfléchi, que rien ne semble vouloir déranger, c’est qu’il a le profil parfait pour la tâche ingrate qui est la sienne, développer les jeunes talents ! On lui souhaite comme à d’autres qui ont ce difficile défi à relever, plein de succès pour la campagne qui vient.

Retour aux nouvelles