Francis Richard, un championnat qui ne sera pas le dernier

16 décembre 2017 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

Bel accomplissement en 2016 à H3R que celui de Francis Richard. À 27 ans, il a décroché son tout premier championnat en carrière dans le difficile métier d’entraîneur. Alors qu’il arrive de plus en plus souvent que de jeunes conducteurs se démarquent, la chose est beaucoup plus rare chez les jeunes entraîneurs. Il faut souvent des années de travail acharné pour parvenir à amasser suffisamment d’expérience pour s’imposer à l’entraînement des chevaux, raison de plus pour souligner son grand mérite.

Satisfait et heureux

Quand on cause avec Francis, on se rend vite compte que ce premier accomplissement l’a beaucoup marqué :  » Je manque de mots pour exprimer avec justesse ce que j’ai ressenti de cette première grande réussite.  J’ai trouvé ça gros d’être le champion entraîneur à H3R, un endroit près duquel j’ai grandi. Jeune, je n’aurais jamais pensé qu’une telle chose se produirait, et si vite.  C’est un grand honneur. C’est aussi un honneur que d’être parmi les candidats aux O’Brien Award dans la catégorie des ‘ Rising Stars’ avec mon ami Max Velaye, lui aussi parmi la liste des candidats qui se sont démarqués au niveau du pays.  »

Gala des Champions; 2017-11-19;Entraineur de l’annee, Francis Richard

Hiver occupé

 » Je ne chômerai pas cet hiver non plus. J’ai plus qu’une douzaine de chevaux à m’occuper. Leur nombre fluctue un peu ces jours-ci mais une fois le meeting de Rideau complété, les choses devraient se stabiliser. Imaginez : j’ai huit 2 ans à l’entraînement, six ambleurs, une ambleuse et une trotteuse. Du bon bridage dans l’ensemble. J’en ai par Sunshine Beach, Sportswriter, Big Jim, Shanghai Phil entre autres. Ma trotteuse est par Archangel. À ce stade-ci de l’année, ils sont évidemment tous sur la voiture et ils font bien ce qu’on leur demande. Je les jogge généralement deux par deux. David ( Pilon ) en prend un, je prends l’autre. On leur apprend à suivre, à dépasser, à maintenir leur vitesse. C’est un long processus et on ne peut rien prédire à ce moment-ci, sauf que ça se passe bien jusqu’à maintenant.  »

 » Je suis très heureux de la confiance de certains proprios qui me la renouvellent à chaque année, comme M. Brian Paquet à qui je suis très redevable. J’aimerais tellement ça lui développer un poulain qui se signalerait chez nous d’abord, puis ensuite en Ontario. Tous les poulains que j’entraîne sont éligibles au Québec comme en Ontario.  J’ai deux 3 ans aussi, une qui n’a pris part qu’à deux courses ( Cindy Panic ), l’autre n’a pas couru cette année ( Flash Panic ). »

 » Je fais aussi courir des chevaux à Rideau jusqu’à ce que le meeting prenne fin  : on vient de me confier Ninoscredit. J’ai aussi quelque succès avec Beach Boy et je viens de vendre Sheldonthepsychic pour la famille Roy. Ces derniers temps, j’ai fait les voyages les dimanches et les jeudis. Ce n’est pas de tout repos, mais ça se prend mieux quand on fait quelque chose qu’on aime ! »

Stéphane et Francis, les deux champions de la saison 2017

Vote des amateurs aux O’Brien Awards

Cette conversation avec Francis n’est pas sans nous rappeler le devoir que nous avons tous de voter pour les nôtres, dans les différentes catégories où ils sont présents. Outre Francis et Maxime, dans la catégorie des Rising Stars Awards chez les entraîneurs, Pierre-Luc Roy est aussi en lice dans cette même catégorie, du côté des conducteurs.  Ces trois jeunes de chez nous méritent qu’on pense à eux et qu’on se donne la peine de voter.

Vous trouverez sur le site de Standardbred Canada, le lieu pour voter. C’est à l’onglet  2017 O’Brien Awards Fan Ballot et les amateurs ont jusqu’au 20 décembre pour se prononcer dans les différentes catégories. Suite à ce vote populaire, les journalistes seront appelés à faire de même, puis on nominera deux candidats pour chaque O’Brien et c’est entre ces deux candidats que le vote se décidera. Soyons donc nombreux à encourager nos Québécois. Outre ceux mentionnés ci-haut, on pense à Louis-Philippe Roy, Sylvain Filion dans la catégorie conducteurs, à Richard Moreau dans celle des entraîneurs dominants au pays. Guy Gagnon est nominé dans la catégorie  » horsemanship « .  On leur doit bien ça.

 

 

 

Retour aux nouvelles