Les Confidences du Prof

 

 

 

 

 

 

Daniel « Le Prof » Delisle

Collaboration spéciale

 

The Intimidator

                Dans un sondage tenu cette semaine sur le site de Standardbred Canada, on demandait aux amateurs, « lequel des douze gagnants des épreuves du Breeder’s Crown vous a le plus impressionné ? ». La réponse à été pour plus du tiers  d’entre eux : Intimidate, le cheval de Luc Blais et Judith Farrow, gagnant de la finale des trotteurs de 3 ans. Un bel hommage qui rend justice à l’exceptionnelle performance réussie par un pur produit d’élevage québécois.

                «  C’est à Judith, de raconter Luc Blais, que le cheval doit son nom. C’est elle qui l’a élevé et l’a gardé à son écurie jusqu’au moment du sevrage. Quand je suis allé le chercher pour l’amener chez moi, elle m’a dit que c’était tout un numéro et de m’empresser de le faire castrer parce qu’il était pas mal malcommode. Ce que j’ai fait, même si je ne suis pas un grand fan de la castration. C’est quand j’ai acheté d’elle Surf L A que j’ai connue Mme Farrow. C’est une éleveuse que je respecte énormément puisque elle connaît du succès, malgré son petit nombre de juments. Elle s’y connaît dans les lignées et dans la conformation, aussi lorsqu’elle m’a proposé quelques années plus tard d’acheter avec elle la pouliche Fabulous Tag, une Tagliabue, j’ai accepté. »

                « Cette pouliche était extrêmement bien conformée et nous ne l’avons pas fait courir à deux ans, préférant ne pas prendre de chances avec des genoux un peu fragiles. Nous avons été récompensés, puisqu’à trois ans, elle a bien fait avec près de 50 000$ sur son papier et un record de 1.59.2 dans les premiers mois de 2008. On a ensuite opté pour l’élevage. C’est à Judith aussi que revient le mérite d’avoir choisi Justice Hall, à ce moment-là en service aux Écuries SOS. Je n’étais pas contre puisque Justice Hall est un Garland Lobell, un cheval que la plupart des Québécois tiennent en très haute estime. Et j’étais du nombre. C’est de cette union qu’est né Intimidate. »

                «  À deux ans, Intimidate était correct. Il m’a montré beaucoup de talent, un moteur dépareillé, si vous me passez l’expression. Je pense pouvoir dire sans me tromper que je savais dès lors que j’avais un cheval exceptionnel. Je n’ai pas insisté outre mesure, le poulain n’a couru que trois fois. Je l’ai qualifié à la fin août et question de le rendre plus sûr de lui, j’ai ajouté les entraves. Il a qualifié en 2.04 et des poussières, avec Yves Filion aux guides qui m’a suggéré de le dételer et d’attendre à l’année prochaine. Yves pensait qu’il me ferait un bon trois ans. Moi aussi d’ailleurs. »

                «  Cette année, mon plan de match était assez simple. Lui donner la chance d’affronter d’abord des adversaires de son calibre, question de lui donner confiance, de le rassurer. C’est un cheval comme ça. Il adore courir, il est toujours positif si je puis dire. Je crois que je peux dire de lui qu’il a une attitude fantastique. Et au fur et à mesure que l’année a avancé, il s’est amélioré constamment, en se faisant une caractéristique que vous avez vue dans ses deux départs de la Breeder’s Crown, terminer en force. C’était plus facile avec des chevaux moins bons que lui, mais à mesure que les adversaires gagnaient en qualité, le poulain gagnait en vitesse et en confiance. Si vous avez remarqué sa foulée, il n’a pas beaucoup d’action en avant et il étire très loin à l’arrière. Je dirais presque qu’il a une foulée d’ambleur, très fluide. Ça explique peut-être pourquoi il peut aller si vite en peu de temps. »

                « Même si à Rideau, il n’avait affronté que des adversaires de moindre calibre, je savais dès lors qu’il était prêt pour relever de plus gros défis. C’est dans le Simcoe, à Toronto, qu’il a commencé à faire ouvrir les yeux à ceux qui ne le connaissaient pas encore. Il a terminé 2e dans la finale et son conducteur pour l’occasion, Ron Pierce m’a dit que si le cheval avait eu une course au moins pour se familiariser avec la grande piste, il aurait gagné. Venant de Ron Pierce, le 2e plus gros boursier de l’histoire des courses, un gars écoute. C’est le cheval qui a dicté la suite des choses. Le plan, c’était son plan, i.e. plus il gagnait en confiance, plus nous le sentions prêt pour l’étape suivante, et cette étape était le Breeder’s Crown. Ce n’est pas nous qui décidions, c’était lui par les performances qu’il nous livrait. Contrairement à ce que les gens peuvent penser, ça n’a pas été si difficile pour nous de prendre la décision de le rendre éligible et de verser 62 500$. Ça s’est fait presque naturellement. »

                «  Le reste est maintenant une histoire connue d’un peu tout le monde. Lors de son épreuve éliminatoire il a été éblouissant avec Sylvain ( Filion ) aux guides. Son dernier quart en 26.3 qui l’a fait passer de la 7e position à la première, a été fantastique. Il semblait l’avoir fait avec aisance, presque avec facilité. Je n’étais pas le seul à le penser, puisque lors de la finale, les gens qui parient en avaient fait leur favori devant Market Share. Il a répété le même scénario, et cette fois, 27.1 secondes ont suffi pour mettre tous ses adversaires hors de portée. » On en a été des témoins interloqués et admiratifs, Luc. Ton poulain a gagné avec une facilité déconcertante par plus de trois longueurs. Ce n’était même pas un match. Le chrono final, 1.52.4, un nouveau record à vie et des fans très nombreux à travers tout le Québec qui se sont mis dès lors à rêver eux aussi d’avoir un Intimidator dans leur vie.

                « The Intimidator » comme l’a surnommé avec à-propos Ken Middleton sera au repos pour les semaines qui viennent. Un repos bien mérité, pense son entraîneur, pour qu’il soit prêt l’an prochain à relever une autre gros défi : celui de se mesurer aux meilleurs trotteurs âgés d’Amérique, semaine après semaine.

De choses et d’autres

                Yannick Gingras a connu toute une soirée lors de la présentation du Breeder’s Crown. Très occupé avec onze présences en piste sur douze courses, il a terminé sa soirée avec une fiche de 3-2-1, signant des victoires avec la trotteuse de 2 ans To Dream On, la trotteuse de 3 ans Maven et l’ambleur de 2 ans, Rockin Amadeus. Deux de ces trois victoires avec des protégés de Jimmy Takter dont il est devenu au fil de 2012 un favori. Une idée de son salaire avec les 5% de ses conduites : 63 638$ pour cette soirée lucrative où il n’a été devancé que par celui qui le précède au cumulatif pour la saison, Tim Tetrick.

                Chapter Seven de l’écurie Toscano a livré toute une performance lui aussi en parcourant pratiquement tout le mille à l’extérieur de Commander Crowe qu’il a pourtant devancé sous le fil. Extrêmement rare qu’on puisse assister à un tel exploit, surtout au niveau d’une finale du Breeder’s Crown pour trotteurs âgés.

                Sylvain Filion l’a eu lui aussi son heure de gloire avec l’invincible Wheeling N Dealin, brillant dans les circonstances et qui de ce fait procurait à Sylvain son 2e exploit au Breeder’s Crown.

                Justice Hal, le père de Intimidate, est aujourd’hui géniteur en Indiana. Il a à son compte plus de 174 rejetons, dont quelques-uns connus ici des amateurs et qu’on a vus se produire à TR en septembre et en octobre : Decret Justiciale, Genevieve Dream, Sucre A La Creme, entre autres.

                Prochain rendez-vous d’importance, les « Superfinals » à Woodbine le 10 novembre.

 

 

(Publié le 2 novembre 2012)

 

 

Chroniques précédentes

 

Sylvain Filion en bonne position

Probablement la soirée de courses la plus importante demain à Woodbine, avec la présentation des douze finales du Breeder’s Crown. Autour de six millions seront distribués et il y a de bonnes possibilités que des proprios québécois mettent la main sur une part substantielle de ce magot. [suite]

.....................................................................................................................

Les Québécois, plus que de simples figurants

(Publié le 19 octobre 2012)   Le Breeder’s Crown ! Six millions en bourses, douze finales, 145 inscrits, tel est le palmarès impressionnant qui conduit à cette soirée du 27 octobre prochain, à l’hippodrome  Woodbine.  [suite]

.....................................................................................................................

Mission accomplie

(Publié le 13 octobre 2012)   Mardi dernier, amateurs, gens de chevaux et membres du personnel ont vécu avec une certaine émotion le tout dernier programme de l’Hippodrome 3R pour la saison 2012. [suite]

.....................................................................................................................

Daniel Dubé

(Publié le 6 octobre 2012)   Les amateurs présents demain à l’Hippodrome 3R assisteront à d’étranges retrouvailles entre les Trifluviens et l’un des leurs parti en exil, en 1997, il y a un peu moins de quinze ans, Daniel Dubé. « Dan », pour le plus grand nombre. [suite]

.....................................................................................................................

Ils sont demain

(Publié le 29 septembre 2012)   Ils carburent aux jeux électroniques, aux gadgets de toutes sortes, qu’ils aient pour noms i-pad, i-pod, i-phone. Ils sont sur Facebook, Twitter, à l’ère des médias sociaux, et c’est ce genre de public que nous de l’industrie des courses attelées, voulons intéresser à notre sport. [suite]

.....................................................................................................................

Et si la vraie passion habitait en Gaspésie

(Publié le 22 septembre 2012)   Avec la cessation des activités en 2009 sur les hippodromes québécois, nombre d’entraîneurs ont pris la route de l’exil ontarien, d’autres ont choisi d’effectuer d’interminables trajets entre leur lieu de résidence et la piste d’Ottawa, Rideau Carleton. [suite]

.....................................................................................................................

Montreal Phil dans les annales avec Marcel

(Publié le 15 septembre 2012)   Il y avait des sceptiques dans la « salle » avant le départ de la 9e course dimanche dernier. Beaucoup de sceptiques connaisseurs qui supputaient les chances de voir le record pour ambleurs tomber. [suite]

.....................................................................................................................

Départ sur des chapeaux de roue

(Publié le 8 septembre 2012)   Un peu plus de quatre mois après s’être porté acquéreur de l’hippodrome trifluvien, Le Club Jockey du Québec, y lance demain son premier meeting officiel de courses, meeting de dix programmes, échelonnés sur un mois. [suite]

.....................................................................................................................

Échos de paddock

(Publié le 31 août 2012)   Pour un fervent de courses, rien n’égale l’atmosphère fébrile du paddock un soir de courses ou de qualifications. [suite]

.....................................................................................................................

Simon Allard

(Publié le 24 août 2012)   Il a maintenant trente ans, Simon, et déjà un incroyable parcours semé de succès de toutes sortes, partout où il est passé. [suite]

.....................................................................................................................

Un trio productif

(Publié le 17 août 2012)   Rien de mieux qu’un détour par l’hippodrome pour se rendre compte par soi-même de la préparation des lieux en vue de l’ouverture prochaine du 9 septembre. [suite]

.....................................................................................................................

Podiums québécois possibles

(Publié le 10 août 2012)   C’est ce soir à l’hippodrome de Mohawk, en banlieue torontoise, que sera courue la finale du Girl’s Night Out Pacing Series, réservée aux  juments ambleuses, pour un enjeu de 50 000$. [suite]

.....................................................................................................................

Place à l’Hambletonian

(Publié le 3 août 2012)  C’est demain, 4 août, que sera couru le Hambletonian pour les trotteurs de trois ans à l’hippodrome The Meadowlands au New Jersey. [suite]

.....................................................................................................................

Au Sud de la frontière

(Publié le 27 juillet 2012)   Après un weekend chargé à Toronto, voilà que les regards des amateurs se tourneront vers le sud pour le prochain. [suite]

.....................................................................................................................

Deux Québécois parmi l’élite

(Publié le 20 juillet 2012) – Le titre de cette chronique est à s’y méprendre. Parle-t-on d’humains ou de chevaux, ou des deux ? Allons-y pour les chevaux, puisque c’est demain à Toronto, hippodrome de Mohwak que seront présentées deux courses avec des bourses alléchantes, très alléchantes même. [suite]

.....................................................................................................................

Gingras est confiant

(Publié le 13 juillet 2012) – L’hippodrome Meadowlands du New Jersey présente ce samedi, 14 juillet, son amble « signature », le Meadowlands Pace pour un enjeu de 600 000$. [suite]

.....................................................................................................................

Du positif dans le monde des courses, en voici

(Publié le 7 juillet 2012) – Rien ne sert de pavoiser, mais les récentes semaines ont été plus que positives pour le monde des couses sous-harnais au Québec. [suite]