Les confidences du prof Yonkers tente un redressement

27 janvier 2018 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

Même si c’est à Yonkers que se distribuent depuis quelques années les meilleures bourses, le pari-mutuel là-bas stagnait. Pire, le spectacle présenté n’attirait guère de parieurs, avides non seulement de bons chevaux, mais aussi de prometteurs retours au pari-mutuel. Il semble bien que Yonkers, avec la venue d’un nouveau directeur du racing, en la personne de Cammie Haughton, fils du célèbre Billy, soit en voie de redresser la situation

 

Trois décisions qui pourraient changer la donne

 

La venue de Haughton a signifié la prise de trois décisions d’importance : primo, on a fait disparaître pendant la relâche hivernale le droit élargi  ( passing lane ), on a aussi devancé à 18h50 l’heure du premier départ et enfin on a enjoint les conducteurs d’offrir un meilleur spectacle. Il semble bien que ces efforts, jumelés au fait qu’il y a quelques mois on a aussi déplacé le fil d’arrivée de quelques mètres pour allonger le dernier droit, il semble bien, dis-je que ces efforts ont porté leurs premiers fruits.

 

Pour les deux premiers dimanches, les courses étant présentées en simultané avec la France, le pari-mutuel, toutes sources confondues, a bondi au-delà des 2M$. Mieux encore, les cinq premiers jours de courses de 2018, versus les cinq premiers en 2017, ont vu une incroyable augmentation de 73 %. Vous avez bien lu, 73%.

 

« Avec l’argent pour lequel les conducteurs compétitionnent soir après soir, ils ont une obligation de faire produire leurs chevaux au maximum, de dire Joe Faraldo, le directeur de l’association des proprios de l’État de New-York.  Pour eux d’abord, pour le proprio et l’entraîneur ensuite. Il faut qu’ils déploient plus d’énergie, qu’ils soient plus assoiffés de victoires. Jusqu’ici, avec le droit élargi, c’était un jeu d’attentisme qui tuait tout spectacle.  Le gars n’aventurait que rarement son cheval à l’extérieur, convaincu qu’il aurait une chance dans le dernier droit d’arracher sans effort une troisième, une quatrième place, même une victoire. »

 

Jordan Stratton d’accord

 

« Personne ne contestera ces dires, d’ajouter Jordan Stratton, l’une des figures dominantes à Yonkers. Ces nouveautés changent définitivement les courses pour le mieux. Elles sont plus excitantes, plus enlevantes pour le parieur. Il peut y avoir de temps en temps un favori coincé le long des cônes, mais la plupart du temps, il y a plus d’action. On se devait de faire quelque chose. Je suis juste content que ma piste prenne cette initiative pour améliorer le spectacle et assurer son avenir ( et le nôtre ! ) »

 

Selon Haughton, il y a maintenant plus de pression sur les conducteurs. Ils doivent sortir leur cheval plus tôt au lieu d’attendre passivement le long des cônes. Ils ont deux options : tirer la guide ou rester coincé.

 

Les statistiques des premières courses présentées tendent à justifier ces changements : en 2018, 14 favoris ont gagné les 58 courses présentées; en 2017, 24 favoris ont gagné 53 courses. Une belle progression ! De conclure ce même Haughton : « Le party est fini. Nous étions au plus bas avec le pari-mutuel. Nous sommes en voie de redresser la situation. »

 

En conclusion, Yonkers pourrait bien devenir une option supplémentaire pour les amateurs d’interpiste.  Les poules sont meilleures, les retours plus alléchants et surtout, le spectacle tient la route.

Source : HRU, 21 janvier 2018, Tom Pedulla

Back to news