Les confidences du prof Bye bye 2017, place à 2018

30 décembre 2017 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

Dans quelques heures, il en sera fait de l’année 2017 et. comme dans tous les domaines, l’heure est au bilan. Le monde des courses attelées n’échappe pas à cette règle, plus près de nous, à H3R, mais aussi sur la plus vaste échelle de l’Amérique du Nord.

Nouvelles personnes en place

Au CJQ et à H3R, l’année aura été marquée par des départs et l’arrivée de nouvelles personnes dans des postes clés. C’est ainsi qu’au début de l’été, les amateurs de courses fréquentant H3R auront fait la connaissance d’une nouvelle  directrice générale  en la personne de madame Murielle Thomassin. Une jeune femme avec un bagage impressionnant dans l’univers des courses, madame Thomassin est subtilement entrée en poste, sans tapage, dans l’ombre bienfaisante  de celui qu’elle sera appelée à remplacer un jour, François Carignan.

Une transition qui s’est faite toute en douceur, François profitant de son immense bagage pour initier tranquillement Murielle. Les amateurs n’auront senti aucune coupure, aucune rupture, bien qu’il deviendra évident avec les mois à venir que madame Thomassin imprimera à l’hippodrome sa propre marque . À un autre échelon, M. Serge Lemieux a été nommé Directeur général du CJQ. Fort d’une réussite enviable dans le monde des affaires, M. Lemieux fera certainement sentir son approche et son expertise au cours de l’année qui vient. Déjà, lors du banquet du Gala des champions de novembre dernier, les gens de chevaux ont fait connaissance avec un dg dynamique, qui possède sa vision de l’avenir du CJQ et des courses au Québec.

Sur la piste

2017, comme les années qui l’ont précédée, a été témoin de prouesses de toutes sortes. Au premier chef, le Tournoi printanier du 4 juin dernier, tenu avec une météo favorable et agrémenté de la présence de gros noms de l’industrie, comme celui de David Miller ou Scott Zeron qui auront rehaussé de leur présence l’événement. Qu’à cela ne tienne, c’est Louis-Philippe Roy qui s’est sauvé avec les grands honneurs, témoignant une fois de plus de son immense talent et de sa progression fulgurante.  Vrai que les montures ont leur mot à dire dans pareil événement, mais il n’en reste pas moins qu’en peu de temps, Louis-Philippe s’est élevé au rang des meilleurs.

Le podium du 4 juin dernier

Les finales du 3 septembre dernier demeurent un événement incontournable lorsqu’il s’agit de faire un retour sur la dernière année. Disputées cette fois avec une météo pluvieuse, l’événement a tout de même attiré une belle foule et provoqué de très beaux moments. C’est le temps de l’année où les éleveurs reçoivent leur quote-part de renommée. Année après année, certaines écuries trouvent le moyen de se distinguer comme celles de Guy Corbeil, d’Yves Filion ou de Dany Fontaine. D’autres noms s’ajoutent, soulignant la diversité des produits made in Québec. Pas de records de piste pour l’événement 2017, mais de très beaux moments avec le triomphe de petits éleveurs comme le Dr John Bradbury ou celui de Claude Beausoleil , de Kevin Maguire ou de Jérôme Lombart. L’événement attire aussi souvent quelques conducteurs invités comme Sylvain Filion, Daniel Dubé ou Louis-Philippe Roy, ce qui ne manque pas de rehausser le niveau de la compétition.

Le Prix d’Été 2017 a attiré un peloton complet. 2017 ne comptait pas de super chevaux dominants qui auraient écarté toute compétition, comme ce fut le cas en 2016 avec la présence de Wiggle It Jiggleit. La course n’a pas donné les étincelles annoncées et Trevor Henry s’est sauvé avec la victoire sans demander un effort suprême à son cheval, Western Fame de l’écurie Takter. On aura aussi compris ce jour-là pourquoi ce Henry fut une présence aussi dominante sur les pistes d’un demi-mille de la province voisine. L’événement a attiré bon nombre d’acteurs de premier ordre comme Doug Mcnair, Jody Jamieson, James Macdonald, Daniel Dubé et Louis-Philippe Roy. Belle réussite aussi au niveau du mutuel qui a cartonné au delà des 200 000$.

Western Fame et Trevor Henry

2018

Dans l’ombre, les dirigeants sont déjà à l’oeuvre pour concocter les événements majeurs de la prochaine saison. Une réunion annuelle des secrétaires de courses en Floride au cours des dernières semaines a permis d’entrevoir  une date ad hoc pour notre Prix d’Été. Et déjà aussi notre précieux collaborateur floridien Steven Wolf, est à l’oeuvre pour dénicher de gros noms pour notre prochain Tournoi printanier. Bref, saison morte sur la piste, oui, mais certainement pas dans les bureaux du Club Jockey.

En terminant, au nom des dirigeants du Club Jockey, qu’il me soit permis de souhaiter à chacun de vous, nos amateurs, une bonne année 2018, fructueuse, heureuse et remplie de bons moments. Une bonne santé aussi, pour permettre à chacun de vivre intensément ces 365 nouvelles journées.

 

 

 

Back to news