Hippodrome 3R Francis Richard, meilleur entraîneur à H3R en 2017

11 novembre 2017 | Hippodrome 3R | By : Daniel Delisle

Avec la présentation ce dimanche du 40e et ultime programme de la saison, il n’est pas trop tôt pour jeter un coup d’oeil rétrospectif sur les faits marquants de cette 6e saison à l’enseigne du CJQ. Et pour tout analyste consciencieux, un fait demeure indéniable : la campagne 2017 aura permis l’émergence du jeune entraîneur Francis Richard qui terminera la présente campagne, un pas devant la concurrence.

Francis a fait ses classes

Avant d’arriver au sommet, il y a inévitablement un chemin à suivre, parfois tortueux, parfois glissant. Celui de Francis a passé par l’Ontario où il s’est exilé à 18 ans, laissant derrière lui parents et amis pour apprendre à la dure le métier d’entraîneur. C’est en travaillant auprès de David Menary , une force dominante en Ontario, qu’il a appris. Une recette d’ailleurs qui a aussi bien servi son ami et collègue Maxime Velaye. L’exil en terre ontarienne a duré cinq ans. Cinq ans à prendre soin de quelques chevaux dans de grandes écuries où l’on fait un peu de tout et surtout où  on apprend les méthodes de l’entraîneur chef qui vous embauche. L’école de Francis a été une réussite si l’on en juge par les succès qu’il connaît depuis son retour au Québec.

 

La confiance des proprios

Associé au succès, il y a un ingrédient absolument nécessaire : la confiance de certains propriétaires. Surtout dans les débuts. Ce fut le cas pour Francis avec Brian Paquet . C’est un peu lui qui a donné le ton aux succès du jeune homme de St-Grégoire.  » Je dois beaucoup à Brian. Il m’a vraiment donné ma première chance et encore aujourd’hui, il me supporte en m’envoyant ses jeunes chevaux. C’est une roue qui tourne. Les succès de Brian ont attiré d’autres proprios et durant la dernière année, il y en a eu beaucoup : ICR Racing, les frères Desrochers, MM Letarte et Allaire, John Bradbury, Steve Perreault, la ferme SOS, Carole Lévesque. Tous ces gens, chacun à leur façon m’ont épaulé et donné une chance.  »

Entrevue suite à sa victoire dans la Coupe des Éleveurs avec Wildriverbumbee

Une année record

Quand on jette un coup d’oeil à ses statistiques 2017 versus celles de 2016, on mesure toute la progression réalisée par Francis. Tous ses chiffres importants ont été multipliés par deux, quand ce n’est pas par trois.  142 départs contre 73 en 2016, 39 victoires contre 14, mais surtout dans la colonne la plus significative, 197 609$ contre 55 438$ ! Voilà qui s’appelle une progression. À H3R seulement, il est premier pour les départs, pour les victoires, 2e pour l’argent amassé ne le cédant qu’à son ami Maxime Velaye. Quand on lui demande s’il peut pointer une victoire en particulier, ou un cheval en particulier, sa réponse est sage :  » Chaque victoire a sa signification, son importance. D’une victoire à la Coupe des Éleveurs à un ‘maiden’, ce sont tous de beaux moments. J’ai de la difficulté à départager tout cela. Chose certaine, dans ce métier, c’est la victoire qui compte le plus et les progrès d’un cheval en particulier », de raconter le jeune homme de 27 ans.

Deux partants, dimanche

Les amateurs feraient bien d’avoir à l’oeil les deux partants de Francis pour ce dimanche, dans les 7e et 8e courses. Loves A Challenge, victorieux dimanche dernier fera face cette semaine à des adversaires autrement plus coriaces. On verra de quel bois il se chauffe vraiment. On lui concède bien peu de chances de victoire avec une cote de 7/1. Dans la 8e, c’est une autre histoire, alors que Matts Phil a hérité d’une cote de 7/2, lui aussi a bien paru la semaine passée.  La hausse de classe est spectaculaire, puisque le cheval de Mathieu Desrochers, passe  des non-gagnants de 1000$ à l’invitation argent ! Ouf !

Loves A Challenge, dimanche dernier

 » Ce sont deux bons chevaux. Disons qu’ils n’ont pas été toujours favorisés au tirage des positions. Ce ne sera pas facile dimanche, mais ils seront prêts à faire face à la musique », d’ajouter Francis.

Matts Phil

Une chose est certaine, le renouvellement de cette industrie passe par de jeunes hommes comme Francis Richard, comme Maxime Velaye, comme Louis-Philippe et Pierre-Luc  Roy, comme Steeven Genois et compagnie. C’est le futur en préparation. Pour les voir à l’oeuvre, rendez-vous ce dimanche à H3R, sur le coup de 12h30.

Les deux champions de la saisons 2017 à H3R, Stéphane Brosseau et Francis Richard

 

 

 

Back to news