Les confidences du prof Pèlerinage annuel à St-Aimé-des-Lacs

12 août 2017 | Les confidences du prof | Non classé | By : Daniel Delisle

C’est une sorte de dévotion, finalement, que ce rendez-vous annuel des amateurs et des gens de chevaux pour le weekend de courses de St-Aimé-des-Lacs. Pour plusieurs, ce weekend coïncide avec la fin de leurs vacances annuelles, pour d’autres c’est un incontournable qui culmine avec le traditionnel 5 Milles, que d’aucuns considèrent comme la plus ancienne course en Amérique.

 

La tradition se poursuit

 

En fait, la course du 5 Milles a fait les délices des amateurs de courses de partout au Québec mais principalement des amateurs de la Vieille Capitale qui en faisaient une fête annuelle lors de l’Expo de Québec. On y convergeait de partout au Québec, la chose était fortement publicisée, les médias présents ( je me souviens même d’une retransmission en direct sur l’une des radios am de la Vieille Capitale ). Un événement. Avec la disparition de l’Hippodrome de Québec, c’est le CRCCQ du Québec qui a pris le relais et la famille Harvey de St-Aimé a accepté d’en prendre l’initiative, ô combien appréciée de tous.

 

Plusieurs ingrédients concourent au succès de cette course prestigieuse. Bien malin celui ou celle qui pourrait en faire la liste exhaustive, mais une chose est certaine, le lieu mythique de St-Aimé-des-Lacs, avec son décor enchanteur vient vite en tête quand il s’agit d’expliquer le succès de cette rencontre. Le lieu certes, mais aussi les qualités exceptionnelles d’accueil de la famille de Laurent Harvey en particulier et des gens de Charlevoix en général. Car qui dit lieu mythique, dit aussi gens remarquables qui l’habitent.

 

Une autre raison qui milite en faveur de cet événement est bien sûr sa rareté. À une certaine époque pas si lointaine, on tenait quelques courses de 5 Milles dans une saison à Québec bien sûr, mais aussi ailleurs. On se souviendra que l’Hippodrome de Trois-Rivières aussi avait son 5 Milles. Aujourd’hui, l’événement est plus que jamais unique et cela contribue certainement à son succès.

 

Enfin, la bourse demeure alléchante avec ses 10 000$ à l’enjeu, dont une bonne part provient d’une commandite du Casino de Charlevoix. Il ne se distribue pas plus gros montant dans les courses du Circuit Régional. Cet enjeu hors norme pour le CR n’est sans doute pas non plus étranger à l’engouement que suscite l’événement.

Les chevaux

 

Certains se sont littéralement forgé une légende en faisant de cette course une spécialité. De grands noms viennent aisément à la mémoire quand il s’agit d’évoquer ces énormes conquérants qui se faisaient, bon an, mal an, un plaisir de vaincre leurs adversaires sur cette distance peu commune. Un nom qui vient rapidement en mémoire est celui de Sound Machine, un conquérant de 1993 à 1998. C’était un cheval plus gros que la moyenne et on le disait intimidant en piste. Peu importe qui en occupait le siège, il trouvait le moyen de gagner. Quatre conducteurs différents ont effet tenu ses guides  durant ses six conquêtes : Rock Perreaut, Sylvain Filion, André Rivard et Stéphane Brosseau. Ce dernier a en outre gagné le 5 milles disputé à Québec, en décembre 2007 aux guides de Cams Predator. Tout un défi supplémentaire de courir par temps froid. L’édition 2017 serait, de l’avis de Paul-André Lavigne , la 8e présentée dans Charlevoix.

 

De nos jours

 

Les gagnants consécutifs se font très rares. Il y a cependant une chose qui est récurrente : les proprios du cheval gagnant qui sont souvent, très souvent, les Morin, François et Louison son père. Ces messieurs gagnent des 5 Milles et s’équipent, si on peut le dire ainsi, d’un cheval qui pourra accomplir l’exploit à chaque année ou presque. Ils seront encore en lice cette année et leur dernière trouvaille, Three Rockets pourrait bien être le favori pour gagner l’édition 2017, la 107e historiquement.

 

C’est un programme double qu’offre l’hippodrome de St-Aimé-des-Lacs, puisqu’il y aura courses aujourd’hui et demain, samedi et dimanche, 12 et 13 août. C’est certes le rendez-vous de ce weekend. Pour plus de détails, consultez le site du CRCCQ.

 

 

Back to news