Les confidences du prof Un membre de l’équipe du CJQ au Temple de la Renommée

7 juillet 2017 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

Il y a bientôt quatre ans, lors d’une rencontre entre Steven Wolf et Vincent Trudel, une association naissait et depuis le CJQ s’est assuré la collaboration d’un des journalistes américains les plus en vue de la profession. Pour celles et ceux qui en voudraient des preuves, ce monsieur Steven Wolf a été introduit dimanche au Temple de la Renommée des courses aux États-Unis, dans la section des journalistes émérites. Un grand moment pour Steven, nul doute, une sorte de consécration d’une vie toute consacrée aux courses de chevaux Standardbred.

 

Un apport irremplaçable

 

Pour une meilleure diffusion de ce qui se passe à H3R, il est devenu impératif pour le CJQ de répandre ses activités aux quatre coins de l’Amérique, en langue anglaise bien évidemment. Si on veut intéresser les parieurs à miser sur nos courses, ceux-ci doivent en connaître les activités, les vedettes, les grands événements tout autant que les opérations « day by day ». Et c’est exactement ce rôle que joue Steven sur des médias aussi variés que Harness Link ( dont il est l’éditeur ), le site de la United States Trotting Association ( USTA ) et Standardbred Canada. Grâce à sa plume, les Louis-Philippe Roy de chez nous, les Wildriverbumblebee et les Half A Billion sont connus un peu partout au Canada et aux États-Unis. Grâce à sa plume aussi les compte-rendu sont aussi nombreux que bien articulés, avec quantité de témoignages des acteurs principaux.

 

Steven joue aussi un autre rôle primordial, moins connu du grand public. Il est en quelque sorte notre relationniste auprès des grands noms de l’industrie lorsqu’il s’agit d’inviter ces derniers à notre tournoi printanier ou à notre édition du Prix d’Été. Il a ses entrées partout, peut parler la même journée à Jimmy Takter ou à Tim Tetrick. C’est un atout indispensable dans le jeu du Club Jockey. Enfin, on l’a vu au cours des dernières années, au cercle des vainqueurs, interviewer comme lui seul sait le faire nos illustres invités. Et foi de Steven, il viendra de sa Floride lointaine pour le prochain tournoi du WDC et pour le Prix d’Été.

 

Un curriculum bien rempli

 

Grâce à son bon ami Jerry Connors, il nous a été possible d’apprendre les grandes lignes de la carrière de Steven.  Jerry dira en blaguant que lui et Steven ont débuté dans leur métier à dix minutes d’intervalle, le 20 mai 1980 à 9h, dans les bureaux du secrétariat de la piste de Brandywine !

 

Steven provient  » du milieu » si on peut dire puisque son père Manny était éleveur de bétail, éleveur et commerçant de chevaux. Il est à l’origine de la passion de Steven pour les courses.

Notre ami a été publiciste pour plusieurs pistes de courses de l’est des États-Unis, comme Brandywine, Liberty Bell ( les deux dans la région immédiate de Philadelphie ), Freehold au New Jersey, état où est né Steven. Il a joué le même rôle auprès d’un organisme d’importance au New Jersey, l’association des propriétaires et éleveurs. Prenant ensuite la direction de la Floride, il est devenu directeur des opérations courses pour la piste de Pompano avant d’ouvrir sa propre agence de consultant, rôle officiel qu’il joue auprès du CJQ. Et l’on ne parle pas ici de sa grande implication dans l’association des journalistes affectés aux courses de chevaux, la USHWA ( United States Horses Writers of America ) où il a joué à peu près tous les rôles,  présidé nombre de comités.

 

Si on lui a rendu dimanche l’honneur ultime du Temple de la Renommée, cette introduction ne s’est pas faite sans des années d’implication, de dévouement, de passion. C’est la chance que nous avons au CJQ  de pouvoir compter sur un tel homme. Merci Steven pour ta précieuse collaboration, pour ta connaissance de l’industrie et de ses participants. Merci de prendre tant à coeur le sort de H3R, comme si tu habitais le Québec et que tu parlais français ! Félicitations pour cette nomination au Temple de la Renommée, un honneur qui rejaillit un peu sur nous. C’est un plaisir et un honneur, dirais-je sur une base plus personnelle, de travailler à  » tes côtés ».

 

 

Back to news