Hippodrome 3R Wildwild Men et YS Suzanne, les chevaux à battre

5 juin 2017 | Hippodrome 3R | By : Daniel Delisle

Les amateurs expérimentés le savent : les courses n’en sont pas à une surprise près et il n’y a rien de joué avant que les chevaux disputent l’épreuve. Si la logique était cependant respectée, à la lumière de ce qu’on a pu voir mardi dernier, les deux favoris pour les divisions mâle et femelle au trot de la série québécoise, risquent bien ce mardi, d’être Wildwild Men chez les mâles et YS Suzanne, chez les femelles.

 

Wildwild Me à la 4e course

 

Le trotteur d’Isabelle Darveau, conduit par Rob Shepherd, on s’en souviendra, a été extrêmement convaincant mardi dernier dans la première éliminatoire. Une victoire de bout en bout, en 1.58.3, dans une soirée qui était loin d’être estivale. Un peu plus tard ce soir-là, messieurs les juges ont finalement accordé une seconde au tracé. C’est vous dire. Comme son équipe l’a mentionné, leur trotteur est meilleur quand il revient de l’arrière, mais dans une petit peloton, lorsque ton principal adversaire brise, le conducteur n’a guère le choix de le projeter en avant en espérant pour le mieux. Et ce soir-là, le Men a été très performant.

Rob Shepherd et Wildwild Men, 1er en 1.58.3

Rob Shepherd et Wildwild Men, 1er en 1.58.3

Une question se pose encore : si Holiday Party demeure dans son allure, peut-Il vaincre Wildwild Men ? Si le passé devait être garant du présent, la réponse est oui, même si à ce jour, le protégé de Dany Fontaine connaît quelques problèmes, bien inhabituels dans son cas, faut-il le rappeler. De ses vingt départs en 2016, il a brisé quatre fois. À sa décharge, sur deux de ses quatre bris, deux étaient vraiment excusables, l’un causé par une interférence, l’autre par un bris d’équipement. C’est donc en principe un trotteur très fiable aussi. On imagine que cette semaine, on fera preuve d’une certaine prudence, mais une fois lancé et rassuré, qui sait ce qui pourrait advenir. La 4e course n’est donc pas dénuée d’intérêt.

 

YS Suzanne à la 6e course

 

La trotteuse de Carl Duguay a elle aussi affiché une belle assurance mardi dernier. Stéphane Gendron avait bien sa trotteuse en main, c’était évident. Cette victoire en 2.00.4 était sa 3e consécutive, dont une en 1.58.2 sur le demi-mille de Saratoga. Elle aussi est une trotteuse très fiable; en 21 départs l’an passé, elle a brisé trois fois, une fois victime d’interférence et par malheur, une autre fois le jour de la finale de la Coupe des Éleveurs. Ces incidents mis à part, elle est solide et efficace. Les entraîneurs qui mettent en piste des trotteurs vous le diront, cette fiabilité dans le trot, est une qualité inestimable.

YS Suzanne et Stéphane Gendron

YS Suzanne et Stéphane Gendron

Dans ce cas aussi, il y a une rivale principale et elle a pour nom YA Jailhouse Jodi, de l’écurie Michel Allard. La fille d’Andover Hall est rapide mais il lui arrive de briser, disons un peu plus souvent que sa rivale. Cette année, deux fois en cinq départs, et comme c’est souvent le cas chez les trotteurs, c’est au signal du départ que ça se passe. On saura donc assez tôt là aussi si on a un match. La semaine dernière, son conducteur Guy Gagnon a fait montre de prudence au signal du départ pour remonter ses rivales jusqu’à la deuxième place. Elle décollera de la 3e position, Suzanne de la 6e dans un peloton de huit.

 

Stéphane Gendron à 3 999 victoires

 

Si les astres s’alignent favorablement, Stéphane Gendron devrait fêter ce mardi sa 4 000e victoire en carrière. Il conduira trois chevaux dans ce programme de huit courses. Que trois, mais trois compétitifs ! À la 1ère, Hard Rock de l’écurie Daniel Martin, de la 8e position. Il y a un an, il n’y aurait pas eu de match avec cette classe, mais cette année, le Hard Rock qu’on a connu en 2016 tarde à redevenir lui-même. Si c’est le cas dans la 1ère, le suspense pourrait bien finir immédiatement.

 

Puis, à la 6e, Stéphane conduira la grande favorite YS Suzanne… les chances, vous l’imaginez, sont excellentes. Et ce serait un beau moment. Enfin, dans la 7e, un vieux « complice » de Stéphane, le Caroluzzo de Michael Côté Gagnon, représente lui aussi une belle chance, si ce n’est pas fait à ce moment-là de la soirée.

 

Tout est en place. François Carignan a prévu une petite cérémonie pour souligner l’exploit. Tout ça, dans une soirée qui s’annonce encore intéressante, en ce mardi 6 juin, 1er départ à 19h.

 

 

 

 

 

Back to news