Les confidences du prof Portraits des conducteurs pour la Classique printanière

2 juin 2017 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

 

 

La Classique printanière étant à nos portes, il importait que vous, les amateurs, puissiez vous rendre compte des talents exceptionnels des conducteurs que nous accueillerons dimanche. Des talents exceptionnels oui, des parcours aussi fantastiques et des courses gagnées à profusion. Voici aujourd’hui, une petite présentation de quatre d’entre eux. Demain, on vous présente les quatre autres.

 

STÉPHANE BOUCHARD

Le temps passe. Les amateurs de courses du Québec n’avaient pas vu Stéphane depuis 2001 se produire sous leurs yeux. L’homme originaire de la belle région de Charlevoix, est maintenant âgé de 50 ans. Il est devenu un régulier sur le circuit de Saratoga, avec des présences remarquées et nombreuses dans les New York Sires Stakes.

 

C’est en 2007 que Stéphane, alors le gros nom à Yonkers brillait de tous ses feux et remportait le titre nord-américain pour les victoires avec 814, poussant ses gains alors à 7.6M$. Des courses, il en a gagné, et de toutes les bourses, sur toutes sortes de tracés. Nous saluons aujourd’hui ce retour au Québec et nous lui souhaitons la meilleure des chances.

 

DANIEL DUBÉ

S’il y a un pilote dans le tournoi d’aujourd’hui qui n’a plus besoin de présentation à H3R, c’est bien l’enfant chéri du coin, Daniel Dubé. Celui que les Trifluviens ont vu grandir aux côtés de son père Léo, est aujourd’hui l’une des figures dominantes sur l’exigeant circuit de Yonkers, le circuit le plus riche en Amérique.

 

L’année 2015 lui aura permis de franchir deux seuils importants : en février d’abord le cap des 100M$ de gains en carrière, puis quelques mois plus tard, les 8 000 victoires en course. On peut se risquer d’affirmer, qu’il n’y a personne de plus populaire à TR que Daniel. Gagne ou perd, il est spectaculaire sur un sulky et cette piste n’a plus de secrets pour lui.

 

SYLVAIN FILION

Parler de Sylvain, c’est parler du meilleur conducteurs au pays pour les années 2015 et 2016, mais aussi d’un conducteur doublé d’une personnalité des plus affables. Membre de la famille sans doute la plus illustre des courses attelées au pays, Sylvain a continué comme son père, ses oncles une tradition de gagnant.

 

Bien installé en Ontario où il a réussi à s’affirmer malgré un contexte qui n’est pas toujours facile, il y gagne des courses avec régularité et des titres avec la modestie qui l’a toujours caractérisé. Il ne conduira pas aujourd’hui des Goliath Bayama ou une Rebeka Bayama ou un Intimidate, mais il saura, et il l’a prouvé encore l’an passé, tirer le meilleur parti possible des chevaux qu’on lui confiera.

Le trio vainqueur du Tournoi 2016

Le trio vainqueur du Tournoi 2016

YANNICK GINGRAS

On se rappellera avec une certaine nostalgie des débuts de Yannick sous nos yeux à la fin des années 90 dans le circuit des conducteurs amateurs, où il surpassait ses rivaux en talent et en victoires. C’était la belle époque, pour le fils de Raymond et le petit-fils de Marc. Aujourd’hui, il brille comme jamais aux guides des meilleurs chevaux en Amérique pour les plus illustres écuries.

 

Énumérer ses champions serait trop long, mais on pense à Foiled Again, Father Patrick, Hannalore Hanover, Lady Shadow, et la liste pourrait s’allonger et s’allonger. Quand on se maintient autour de 15M$ de bourses par année, c’est qu’on est sûrement parmi les meilleurs, et c’est exactement, ce qu’est Yannick.

Back to news