À l La fulgurante progression de Louis-Philippe Roy

24 février 2017 | À l'étranger | By : Daniel Delisle

Si, comme plusieurs amateurs de courses du Québec, vous êtes un fidèle des programmes présentés à Woodbine cet hiver, vous aurez constaté avec un brin d’étonnement, de surprise et d’admiration, la fulgurante progression de Louis-Philippe Roy. Non seulement, le jeune homme de Mont-Joli a-t-il réussi sa rentrée sur le circuit le plus exigeant au Canada, mais il s’est déjà hissé là-bas parmi l’élite.

 

La concrétisation d’un rêve

 

De son propre aveu, il y a à peine un an Louis-Philippe regardait à l’écran les courses en provenance de Woodbine, en n’osant même pas s’imaginer que quelques mois plus tard il ferait lui-même partie du spectacle. Plus encore : qu’il animerait ce spectacle avec un doigté et un savoir-faire remarquables.  » Je vis un rêve et j’arrive à peine à y croire, de raconter le toujours modeste conducteur. Je voyais tous ces conducteurs étoiles sur un écran de télé, sans penser vraiment que je les côtoierais sur une base régulière. Je suis le premier surpris de constater comment tout cela s’est fait rapidement. »

 

« Rapidité », c’est le mot-clé dans l’histoire de Louis-Philippe sur le sulky. Peu après avoir obtenu son permis de conducteur professionnel, il commençait à s’illustrer sous nos yeux à H3R. Première victoire qui tarde en août 2014, avec le cheval MG Kudos de ses amis de toujours Éric Dechamplain et Nathalie Migneault. Saison très convenable à H3R en 2015, parmi les dix meilleurs, avec une fin de saison remarquée à Rideau, où on commence à le prendre vraiment au sérieux. 2016 : l’année de l’éclosion, des championnats à H3R et à Rideau, victoire dans la Gold Cup & Saucer, participation au Prix d’Été. Vraiment, l’année de tous les possibles. On connaît dorénavant la suite.

signature d'autographe; Louis-Philippe Roy; 2016-11-13

signature d’autographe; Louis-Philippe Roy; 2016-11-13

Devant les lenteurs administratives pour une carrière devant s’ébranler aux USA, Louis-Philippe répond plutôt à l’invitation de son bon ami René Allard, de s’établir à Toronto. René avait déjà décidé de faire courir plusieurs chevaux en Ontario, l’occasion était belle et unique.  » Je me suis lié avec Louis-Philippe, il y a quelques années, de raconter René, lors de la fameuse semaine du Gold Cup & Saucer. C’était même avant que LP ait son permis professionnel. Les choses ont cliqué rapidement entre nous deux. Quand il a obtenu son permis, j’ai toujours pensé qu’il réussirait. »

 

Témoignage de René Allard

 

René n’a plus besoin de présentation chez nous, ni non plus en Amérique du Nord. Au classement des meilleures écuries, il trône en troisième place, juste après les Burke et les Takter. Il fait courir des chevaux à Pocono, à Yonkers, à l’occasion à Saratoga et en Ohio et depuis la fin de 2016, plus régulièrement en Ontario, principalement sur le Weg. Comme il  s’est plu à me le répéter, c’est important pour lui de donner la chance à des Québécois et c’est comme ça qu’on retrouve son frère Simon sur ses chevaux à Pocono, Daniel Dubé à Yonkers et maintenant, Louis-Philippe à Woodbine.

 » Louis-Philippe est un naturel sur le sulky, de remarquer René. Il a su jusqu’à maintenant demeurer le même malgré les succès;  il est calme en courses, prend de bonnes décisions et surtout, il a des bonnes mains, de très bonnes mains. J’ai la chance de m’entretenir avec lui avant chaque programme à Woodbine pour lui partager mes impressions de chacune de ses montures. Les résultats prouvent que c’est une collaboration efficace. »

 

Des chiffres étonnants

 

Ainsi donc, après un peu moins de deux mois d’activités en 2017, Louis-Philippe trône au 2e rang des conducteurs, derrière Doug McNair et devant tous les autres gros noms. Sa fiche, après le programme de lundi dernier se lit comme suit :  141 départs ( 22-16-17) 302 130$ moyenne URA .259. Voilà qui est de bon augure, de très bon augure pour les mois à venir.

 

Et n’oubliez pas, parieurs, d’inclure dans vos mises les chevaux qu’il conduit. Vous ne serez habituellement pas déçus et là l’occasion vous aurez droit à un bonus, à une surprise, comme ce fut le cas samedi dernier avec un pari gagnant qui a remboursé 30.60$. Comme on se plait à le répéter, les courses de Woodbine sont disponibles sur HPI et dans nos dix salons de paris du Québec. Et les prouesses de Louis-Philippe y sont accessibles.

 

 

 

 

 

 

Back to news