Les confidences du prof Monsieur Sam McKee

11 février 2017 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

L’actualité des dernières semaines ne manque pas de sujets, c’est le moins que l’on puisse dire. Des sujets heureux comme les lauréats des O’Brien Awards, des sujets moins heureux aussi, hélas ! Je vous en propose deux : la maladie de Sam McKee et le décès de Mach Three.

 

Sam McKee

 

Dépendamment du secteur d’activités où l’on se trouve, on se fabrique des idoles qui nous rejoignent un peu. Un entraîneur aura de l’admiration pour un autre entraîneur, un conducteur pour un conducteur, ainsi de suite. Me retrouvant du côté des médias depuis bientôt trente ans, les gens des médias, lorsqu’ils sont brillants, allumés, professionnels, m’allument tout naturellement et aucun à ce jour, comme Sam McKee.

 

C’est d’abord le descripteur des courses à The Meadowlands qui a capté mon attention. Sa manière, sa diction, ses changements de tons, ses emportements passagers, voilà qui fut de nature à me plaire. Je sais qu’un tel exercice est hautement subjectif, mais bon, à chacun ses étoiles.  La semaine dernière, à 54 ans, M. McKee a été littéralement foudroyé par un accident vasculaire cérébral ( stroke ). Il est actuellement en période de convalescence et celle-ci s’annonce  longue et difficile, sans savoir d’ailleurs s’il parviendra à retrouver tous ses moyens. Ses immenses moyens. Terrible accident vasculaire qui nous renvoie à la fragilité de l’existence humaine.

sam-mckee-640

Dommage qu’on ait besoin d’un événement malheureux comme celui-là pour nous rappeler les mérites de quelqu’un. Sam est à l’emploi de The Meadowlands depuis 1998. Il était avant tout un descripteur ( annonceur ) puis est devenu le directeur des transmissions télés. Il partageait le micro avec Ken Warkentin, pour qui j’ai aussi du respect. C’est Sam qui était au micro du Red Mile quand l’été dernier, Always B Miki a réussi sa performance historique. Son  » charging hard » passera sûrement à l’histoire.

 

Une fondation a été mise sur pied pour venir en aide à sa famille par la piste et on peut aussi deviner que Jeff Gural ne laissera pas tomber son homme de confiance. Souhaitons-lui du fond du coeur un rétablissement complet et envoyons-lui plein d’ondes positives. Pas de doute, c’est un grand monsieur, ce monsieur Sam McKee.

 

Mach Three n’est plus

 

Son « livre » en Amérique pour la présente saison de monte était complet. 140 juments devaient se présenter à sa cour. Ce ne sera pas le cas puisqu’on a dû abattre le cheval qui s’est brisé une patte pendant la saison hivernale en Nouvelle-Zélande. Une grande perte il va sans dire pour le monde de l’élevage autant de ce côté-ci du monde que  » Down Under » comme ils disent.

 

Mach Three avait 18 ans et il a engendré à ce jour 1297 rejetons qui ont ensemble gagné plus de 103M$, une hallucinante moyenne de plus de 112 000$ par partant. On se rappellera sans doute aussi de lui comme ayant été le géniteur de Somebeachsomewhere.

%2fmach-three-meadowlands-370

Mach Three aura produit 298 chevaux qui ont gagné 100 000$ et plus, 105 qui auront gagné plus de 250 000$. 437 ont pris des records de 1.55 et mieux, 274 de 1.53 et mieux, 30 de 1.50 et mieux.  C’était un fils de Matts Scooter qui possédait un record personnel de 1.49 avec une fiche à vie de 27 départs ( 18-4-2 ) bons pour plus de 2.3M$. Un vide dans l’élevage au Canada, pas de doute, à Tara Hills surtout où il était une des têtes d’affiche.

 

En terminant, je me permets de vous rappeler qu’il y a désormais des courses le jeudi à The Meadowlands, pour une période d’à peu près un mois. C’est évidemment disponible sur HPI et dans nos salons de paris du Québec.

 

 

 

 

Back to news