Les confidences du prof Bonne récolte québécoise aux O’Brien Awards

3 février 2017 | Les confidences du prof | By : Daniel Delisle

L’issue d’un vote est souvent prévisible mais pas infaillible, aussi est-ce avec une certaine dose d’appréhension que les nominés voient venir la proclamation des résultats. Sans rien enlever à personne, force est de reconnaître que nos compatriotes étaient en bonne posture pour les trophées O’Brien 2016. Et les résultats sont venus confirmer les attentes.

 

Sylvain, meilleur conducteur au Canada

 

Pour la quatrième fois, Sylvain Filion a été proclamé conducteur par excellence au pays. Ses 7.7M$ de gains en bourses ont sûrement pesé lourd dans la balance ainsi que ses championnats sur le WEG. Dans les deux cas, Sylvain est dans une classe à part. Ce qui est fantastique, c’est que l’homme est resté humble, une attitude que bon nombre de journalistes de divers médias, ont confirmé. Non, Sylvain n’est pas du genre à pavoiser, à s’enorgueillir et à devenir inaccessible. Loin de là.

sylvain-filion-2016-640

Un honneur dûment mérité pour un homme qui ne craint ni le travail, ni les déplacements, ce qui n’est pas toujours évident quand les gens prennent un peu d’âge. Il faut aussi souligner du même coup, la belle complicité établie il y a déjà plusieurs années entre lui et l’entraîneur québécois, Richard Moreau. Les deux font la paire et une paire gagnante, il va sans dire.

 

Richard, meilleur entraîneur au pays

 

Sans grande surprise, c’est d’ailleurs Richard Moreau qui a remporté le trophée du meilleur entraîneur au pays. Meilleur boursier, plus grand nombre de victoires, il était difficile pour un votant d’ignorer de pareils faits. Là aussi on parle d’un homme réservé, très à son affaire, qui se tient généralement loin des caméras et qui sait en tout temps rendre hommage à son équipe de travailleurs, ses grooms, ses proprios et ses conducteurs.

richard-moreau-2016-640

Soulignons en outre dans le cas de Richard qu’il ne craint pas de donner la chance à des talents de chez nous. Quand il le peut, par exemple, il cède volontiers des conduites en courses à un jeune homme sérieux comme Louis-Philippe Roy. Beaucoup de travail, on s’en doute bien, avec une écurie qui compte toujours autour d’une cinquantaine de têtes.

 

Louis-Philippe, la meilleure « recrue »

 

Là aussi, il aurait été surprenant que notre Louis-Philippe Roy ne soit pas désigné par les électeurs comme le plus beau talent en émergence. Sans rien enlever à son adversaire au scrutin, Brett MacDonald, il fallait reconnaître que les statistique du jeune homme de Mont-Joli étaient nettement supérieures à celles de Brett. Plus de victoires, plus de dollars et deux championnats en poche en 2016, sans compter une belle percée sur le Weg depuis quelques semaines.

03-future-star-roy

Ce qu’il y a d’admirable dans le cas de Louis-Philippe, c’est que tout s’est déroulé très très rapidement. On est vite passé du conducteur recrue à H3R au champion, un an plus tard. Une progression comme on en voit peu. Et encore une fois, un tel honneur échoit à un homme humble, qui a su garder la tête froide. Vraiment, un beau trio de lauréats de chez nous.

 

Flanagan Memory, trotteur âgé par excellence

 

L’honneur est dûment mérité pour le trotteur de Liette Flanagan et René Dion. Il a connu en 2016, toute une campagne, souventes fois pour les courses les plus importantes, avec Brian Sears aux guides. Ses 660 000$, ses six victoires en quatorze départs ont sûrement pesé lourd dans la balance, sans que Musical Rhythm ait démérité, au contraire. Maintenant âgé de 7 ans, ce fils de Kadabra vieillit bien mais rendons à René le mérite qui lui revient de bien doser son agenda.

 

Mentions spéciales en terminant : dans la catégorie des trotteurs de 2 ans, victoire de Mass Production dont René Allard est l’un des trois proprios et à Wiggle It Jiggleit, proclamé l’ambleur âgé par excellence.

 

N’oubliez pas ce soir, à Woodbine, présentation des deux finales, celle du Snowshoe pour  39 400$ et celle du Blizzard, 37 600$. Nos représentants devraient y faire bonne figure et tout cela, comme toujours est retransmis sur HPI et dans nos salons de paris.

Nota bene. Les funérailles de M. Aimé Choquette décédé le 24 janvier dernier auront lieu à Sherbrooke, ce samedi, 4 février, à 10h en l’église de l’Immaculée Conception, 1085 Adelard-Colette.

 

 

 

 

Back to news