À l Les O’Brien Awards ce soir

28 janvier 2017 | À l'étranger | By : Daniel Delisle

Le Québec sera bien représenté ce soir à la distribution des O’Brien Awards en banlieue de Toronto, dans un hôtel de Mississauga. Cette représentation, tant des chevaux que des humains, risque bien d’être récompensée dans plusieurs domaines. On ne peut que souhaiter la meilleure des chances aux nôtres, ce trophée étant la plus haute distinction remise au Canada.

 

Les humains

 

Nous sommes gâtés à ce chapitre. En tête de liste, Sylvain Filion pour le titre du meilleur conducteur au pays, lui qui a raflé cette distinction trois fois au cours des quatre dernières années, soit en 2012, 2013 et 2015. Ses 310 victoires en font un candidat de choix, mais il a été surtout dominant dans la précieuse colonne des gains monétaires, colonne qu’il a nettement dominée avec ses 7.7M$. C’est Bob McClure, le meneur pour les victoires au pays qui lui fait la lutte pour ce prestigieux trophée.

 

Richard Moreau, de son côté, est pressenti une fois de plus pour le titre du meilleur entraîneur au Canada. Il est à la recherche d’un quatrième trophée consécutif, lui qui trône au sommet dans les gains monétaires et aussi dans la colonne des victoires. Ses chevaux ont ramené un peu plus de 4M$ et ils ont gagné 249 fois. Il affronte cette année dans cette catégorie Casie Coleman dont l’un des protégés a gagné la North America Cup ( Betting Line ). Coleman a gagné ce trophée six fois.

 

Le « Future Star Award », sorte de récompense visant à souligner l’émergence d’un jeune talent sur le sulky met en lice Louis-Philippe Roy, le champion à H3R et à Rideau pour l’année qui vient de se terminer. Louis-Philippe n’a plus besoin de présentation chez nous et son  nom est de plus en plus sur toutes les lèvres dans la province voisine. Pour la première fois de sa carrière, ses montures ont gagné plus d’un million. Il est opposé dans cette catégorie à  Brett Macdonald, un autre jeune prometteur qu’on a eu l’occasion de voir à H3R au cours de la dernière année.  Il a gagné une centaine de courses et ses gains s’élèvent à plus de 500 000$.

obriens-2016-banner-640x320_0

Les chevaux

 

Yaris Bayama de la Ferme du même nom est en lice pour les ambleuses de 2 ans. Est-ce que ses 231 000$ et son record de 1.52.4 seront suffisants pour l’emporter ? Elle affronte Idyllic Beach, une gagnante de 730 00$.

 

Chez les pouliches trotteuses de 3 ans, Emoticon Hanover est sur les rangs contre Caprice Hill. La propriété de Détermination a gagné plus de 600 000$ et a terminé l’année sur le bon sabot avec une 2e place dans l’éliminatoire, puis dans la finale du Breeders Crown.

 

La catégorie qui couronnera certainement un cheval de propriété québécoise est bien celle du trotteur âgé où deux chevaux bien connus chez nous se font la lutte, soit Flanagan Memory de Liette Flanagan et René Dion opposé au Musical Rhythm de Claude Hamel et Benoît Baillargeon. Les deux ont connu des années exceptionnelles et bien malin qui pourrait prédire l’allure de ce scrutin. Meilleure chance aux deux équipes !

 

Des Québécois comme Daniel Plouffe, René Allard, Yves Sarrazin pourraient aussi se retrouver sur le podium comme partenaires dans la propriété d’un des nominés. Daniel Plouffe pour l’ambleur de 2 ans Sports Column, René Allard pour le trotteur de 2 ans Mass Production, Yves Sarrazin pour la trotteuse âgée Charmed Life.

 

Enfin, un coup de chapeau pour Wiggle It Jiggleit, en nomination pour l’ambleur âgé de l’année en vertu de ses quatre présences en sol canadien. Il affronte la fierté de l’écurie Zeron, Shamballa.

C’est ce soir que seront connus les lauréats 2016. Bonne chance à tous les nominés !

 

Aimé Choquette meurt à 102 ans

aimechoquette

Notre collaborateur Steven Wolf nous apprenait ces derniers jours le décès d’une figure emblématique du monde des courses, M. Aimé Choquette, à l’âge vénérable de 102 ans. Sa carrière s’est étendue sur 70 ans et il passera à l’histoire comme sans doute le plus célèbre  » second trainer » de son époque, travaillant par Del Miller pendant plus de trente ans. C’est dans cette écurie qu’il prit soin des chevaux les plus performants comme Delmonica Hanover qui lui gagna le Prix d’Amérique ( qui sera couru demain incidemment ). Aux États-Unis, ses mérites furent reconnus avec l’attribution de plusieurs distinctions, toutes bien méritées. À sa famille, le CJQ offre ses plus sincères condoléances. Des détails sur les funérailles seront connus sous peu.

 

 

 

 

 

 

 

Back to news